Vincent Peillon : «l’objectif 2013 est de raccrocher 20.000 jeunes en situation d’échec scolaire»

Le par

Le ministre de l’Education était ce mardi 4 décembre l’invité de RTL où il a présenté le plan du gouvernement contre le décrochage scolaire.

Aujourd’hui 140.000 jeunes quittent le système scolaire sans qualification et ont des difficultés à entrer sur le marché du travail. Face à cette situation le gouvernement agit sur trois axes.

  1. Prévenir le décrochage scolaire. Pour lutter durablement contre les situations de décrochage, il faut mener une action de prévention contre l’échec scolaire, c’est le sens du plan de refondation de l’Ecole. Ce plan présenté cet été comprend plusieurs mesures telles que la priorité au primaire, l’introduction des apprentissages numériques, une meilleure transition école/collègue et la revalorisation des mesures professionnelles.
  2. Identifier les décrocheurs. Les jeunes en situation d’échec scolaire doivent être identifiés pour être pris en charge et se voir proposer des solutions alternatives. Vincent Peillon précise que la droite a déjà mis en place 160 plateformes d’identification du décrochage scolaire, il faut en créer davantage.
  3. Faire des propositions aux jeunes en situation d’échec scolaire. Si les décrocheurs sont identifiés à l’heure actuelle les pouvoirs publics n’ont pour le moment aucune solution à leur proposer. Le gouvernement actuellement travaille pour qu’aucun jeune ne soit sans solution. Ainsi, pour travailler au plus près des élèves, tous les établissements disposeront d’un référent chargé d’identifier les décrocheurs, des réseaux objectif emploi seront mis en place pour coordonner les offres des lycées professionnels, enfin les jeunes pourront signer un contrat objectif emploi pour une formation qualifiante en lien avec les entreprises.

Prévention, identification, propositions, l’objectif du gouvernement pour 2013 est de raccrocher 20.000 jeunes contre 9.500 aujourd’hui.

Interrogé sur la priorité au primaire, le ministre a indiqué que ce plan se déclinait sur trois aspects : la formation des enseignants, le changement de pédagogie et la question des rythmes scolaires. Sur cette dernière question Vincent Peillon a assuré que la semaine de 4,5 jours serait mise en place dès 2013 dans la majorité des établissements et généralisées dès 2014.

Sur le même thème, lire aussi :

Présentation des premières actions de la nouvelle équipe régionale et surtout écoute et débats avec la salle, la démocratie locale à l'oeuvre.
Le par

Les derniers contenus multimédias