Manuel Valls sur l’augmentation des violences: «mon objectif, c’est d’agir»

Le par

Manuel Valls était l’invité de la Matinale de Canal Plus mardi 18 décembre. Le ministre de l’Intérieur s’est exprimé sur les chiffres de la délinquance révélés par le Figaro, mais aussi sur l’affaire de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) de Marseille, le terrorisme et les avancées déontologiques en matière de contrôles d’identité.

Violences aux personnes: une politique en œuvre pour une lutte à moyen terme

 

Interrogé sur l’augmentation de 5,6% des chiffres de la délinquances révélés par Le Figaro, Manuel Valls a réagi:

Au-delà des manipulations des statistiques auxquelles on a assisté depuis des années, moi j’assume, je dis la vérité aux Français: oui, il y a beaucoup de violence dans la société et celle-ci a augmenté. Depuis 20 ans les violences sur les personnes ne cessent de croître. Mon objectif, ce n’est pas de commenter, c’est d’agir.

Puis le ministre s’est exprimé quant à sa volonté de réformer l’outil statistique de mesure de la délinquance:

Si je veux réformer cet outil statistique, ce n’est pas pour casser le thermomètre, c’est tout simplement pour que ces chiffres, contrairement à ce qu’il se passe depuis des années, soient incontestés, soient incontestables.

Manuel Valls a également réaffirmé sa volonté de « s’attaquer à cette réalité » que sont les violences faites aux femmes, mais aussi sa détermination à lutter contre les trafics de drogues, d’armes, les cambriolages et les vols à l’arrachée. Le ministre a malgré tout tenu à rappeler:

C’est sur un temps long que l’on peut constater les effets positifs d’une politique et notamment le renforcement des moyens de la police et de la gendarmerie que nous avons mis en œuvre.

Affaire de la BAC Nord: pour une police irréprochable

 

Interrogé sur l’affaire de la Brigade Anti-Criminalité du Nord de Marseille, Manuel Valls a rappelé avoir démantelé la BAC Nord lui-même et expliqué:

Il y a une action, aujourd’hui, menée par la justice, et l’inspection générale de la police nationale, poursuit son travail. Il n’y a pas de place pour des policiers qui ne respecteraient pas les lois et les règles de la République. […] La police doit être irréprochable […] pour être respectée par les Français.

L’unité nationale face au terrorisme

 

Manuel Valls a par la suite évoqué la menace terroriste sur le territoire français:

Il y a évidemment une menace, elle est à la fois extérieure, et puis elle est aussi intérieure. […] La Direction centrale du renseignement intérieur fait son travail, est vigilante, et nous devons être extrêmement mobilisés.

Le ministre s’est d’ailleurs félicité de l’adoption définitive par le Parlement de la loi antiterroriste « par un vote très large de la droite et de la gauche » et rappelé le besoin « d’unité nationale » face à la menace du terrorisme.

Les avancées du code de déontologie pour lutter contre les contrôles au faciès

 

Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs réaffirmé la volonté présidentielle de lutter contre les contrôles au faciès. Confirmant l’abandon du récépissé de contrôle d’identité, Manuel Valls a annoncé que le nouveau code de déontologie en discussion actuellement entre les partenaires sociaux verrait l’apparition de matricules sur les uniformes des policiers et des gendarmes et la proscription du tutoiement.

Sur le même thème, lire aussi :

Présentation des premières actions de la nouvelle équipe régionale et surtout écoute et débats avec la salle, la démocratie locale à l'oeuvre.
Le par

Les derniers contenus multimédias