Trifyl, un exemple de développement productif dans le département du Tarn

Le par

Trifyl est un établissement public créé dans le département du Tarn en 1999 par le sénateur Jean-Marc Pastor, qui conduit en régie des activités de service public. 327 communes et 27 EPCI en sont adhérents. En douze ans, Trifyl a développé une infrastructure industrielle basée sur une quarantaine de sites dans le Tarn.
Un service public à la pointe de la modernité
Les valeurs portées par Trifyl constituent les fondements d’un engagement en faveur du plus grand nombre. La solidarité entre les hommes et les territoires, la mutualisation des moyens humains et des équipements, la péréquation des coûts permettent à Trifyl d’offrir le même service à tous, au même coût.
Cette volonté de maîtrise financière place Trifyl parmi les opérateurs les plus performants, et à la tarification la plus accessible, de tout le grand sud-ouest.
Avec un programme pluriannuel d’investissement 2008-2013 de plus de 50 millions d’euros et un budget annuel de 57 millions d’euros, Trifyl s’impose une stratégie rigoureuse et transparente par la maîtrise permanente des dépenses de fonctionnement, une gestion prudentielle, l’optimisation de ses équipements et la recherche de ressources externes.
Le bioréacteur, technologie sui generis tournée vers la maîtrise des effluents à effet de serre et la production d’énergie renouvelable
En optant pour la technologie du bioréacteur, Trifyl a fait le choix d’un procédé vertueux de développement durable : le bioréacteur permet la valorisation énergétique des déchets résiduels vers la production d’électricité et de chaleur par co-génération, la production de biométhane-carburant et la production d’hydrogène.
Le bioréacteur de Trifyl, implanté au coeur du Tarn, à Labessière-Candeil, est en activité depuis le mois de janvier 2007. Il accueille chaque année 180 000 tonnes de déchets résiduels (déchets ménagers résiduels de l’Aveyron, du Tarn, d’une partie de la Haute-Garonne et de l’Hérault).
La technologie du bioréacteur consiste à capter le biogaz issu des déchets résiduels pour le convertir en source d’énergie.
Les caractéristiques de cette technologie reposent sur des conditions optimales d’étanchéité et d’humidité, réunies pour accélérer la dégradation des déchets et optimiser la production de biogaz. La valorisation du biogaz est un excellent moyen pour produire une énergie renouvelable, issue de la méthanisation de la biomasse.
3 avantages du bioréacteur :
 L’accélération de la production du biogaz ;
 La garantie de réduction des gaz à effet de serre ;
 La substitution d’énergies fossiles par des énergies renouvelables lors de la valorisation par production d’électricité, de chaleur, de biométhane carburant ou d’hydrogène.

Ainsi, Trifyl a noué un partenariat avec Iveco et Renault pour la production et l’épuration de biométhane-carburant pour un prix de revient au litre inférieur de moitié à celui du gazole. Des véhicules roulent grâce à ce procédé.
L’hydrogène, source d’énergie innovante
Une unité de production d’hydrogène est en gestation qui sera inaugurée au mois de septembre 2013 et offerte en première intention à l’usage des industriels locaux. Le ministre du redressement productif sera associé à cette inauguration.
A partir des ces développements qui impliquent un grand nombre de partenaires industriels et de la recherche, on est en prise avec les questions de gouvernance de l’énergie dans notre pays. Le colloque organisé au Sénat par le sénateur Pastor sur l’hydrogène avait d’ailleurs pour objectif d’établir que les technologies à hydrogène sont fiables et qu’elles ne pourront être développées qu’avec le soutien des pouvoirs publics. Air Liquide, Michelin, EADS, Opel, FAM automobiles, le CEA, l’ADEME, le CNRS, l’AFHyPAC étaient représentés à ce colloque. Il est apparu que le vecteur énergétique que constitue l’hydrogène fait l’objet de blocages d’ordre administratif, réglementaire et législatif.
Prolongements pour l’hydrogène
Le sénateur Pastor a créé une association de promotion et de développement de l’hydrogène (PHyRENEES) dont le siège se trouve à l’école de mines d’Albi. PHyRENEES associe à son activité le pôle de compétitivité Derby. Service public et innovation/recherche ne sont donc pas incompatibles.
Par ailleurs, il est membre fondateur de l’association européenne Hyer (Hydrogen Fuel Cells and Electro-mobility in European Regions) et de l’AFHyPAC (Association Française de l’Hydrogène et des Piles à Combustible).
Enfin, le prolongement de cette activité locale sur l’hydrogène trouve son sens avec son action de parlementaire au travers de la mission sur les enjeux et perspectives de la filière hydrogène qui lui a été confiée par l’office parlementaire des choix scientifiques et technologiques. Un rapport sera rendu au mois de septembre 2013 avec proposition de loi cadre à la clé. Un pré-rapport est prévu pour le mois d’avril.
Une mise en oeuvre du développement durable bien comprise
Trifyl a obtenu lors du dernier congrès national des maires, le 20 novembre 2012, le prix territorial du développement durable qui récompense la capacité d’innovation des collectivités locales et de leurs établissements publics ainsi que les bonnes pratiques mises en oeuvre.
Par ailleurs, une marque vient d’être déposée pour protéger la technique Trifyl.
Offrir le même service à tous, au même coût, partout
 Solidarité entre les hommes,
 Mutualisation des équipements et des moyens humains
 Péréquations des coûts
Telles sont les valeurs sur lesquelles est fondé Trifyl et qui sont à présent reconnues. Le fonctionnement en régie de service public en découle, régie dont il convient de rappeler qu’elle ne fait pas de bénéfices (elle n’est pas là pour cela) contrairement à ce que ferait un délégataire de service public, entreprise privée. Une illustration concrète évidente : le prix du traitement des déchets ménagers dans le Tarn a baissé régulièrement depuis 2006.

Territoire et énergie
La production d’énergie et d’hydrogène à partir des déchets ménagers est une première, ce qui introduit une notion économique nouvelle « territoire et énergie » et laisse place à l’intelligence et à la volonté locale de faire.
Dans le Tarn, c’est un service public qui porte cet enjeu.
Ce travail a conduit le sénateur Pastor, porteur de ce dispositif unique, à mettre en concordance l’emploi (220 employés de la fonction publique territoriale), l’écologie (en phase avec les associations environnementales) et l’économie (production d’énergie).
D’une structure de service dans les années 2000, Trifyl est devenue une structure de production, condition de sa stabilité économique.

Sur le même thème, lire aussi :

Un moment d'émotion partagée lors de la commémoration du centenaire de la mort de Jean Jaurès à Castres. Un moment partagé avec les copains du sud du Tarn et de nombreux élus.
Le par

Les derniers contenus multimédias