La séparation des activités bancaires mise en œuvre par la loi bancaire et financière permet de combattre la spéculation et de protéger les dépôts des épargnants

Le par

Séparer les activités utiles à l’économie des activités spéculatives, c’était l'engagement de François Hollande pendant la campagne présidentielle. La loi de régulation financière et bancaire présentée par Pierre Moscovici demain en Conseil des Ministres va concrétiser cet engagement. Cette loi va permettre de faire ce qu’aucun gouvernement n’avait réalisé jusqu’à présent : séparer effectivement les activités spéculatives réalisées par les banques et les activités du financement de l’économie réelle. Cette loi est fondamentale et historique. C’est un projet économique – car la finance dérégulée a été au fondement de la crise économique que nous connaissons – mais aussi et surtout, un projet politique, une réponse forte

Pierre Moscovici : «en cas de crise bancaire ou financière ce sont les actionnaires qui doivent être responsables et non les déposants»

Le par

Invité de RTL, le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a détaillé les mesures du projet de réforme bancaire qu'il présente ce mercredi en Conseil des ministres et affirmé qu'une nouvelle réforme des retraites serait nécessaire.   "On a eu le sentiment que l'Etat se préoccupait des banques, mais pas assez de la situation des Français." En effet, tout un volet de la réforme concerne la protection des consommateurs: "Les commissions d'intervention, à savoir ses prélèvements de 8 euros qui sont faits par les banques à chaque fois qu'une opération sur une carte induit un dépassement de découvert, nous allons les plafonner!" Par ailleurs le ministre a annoncé que «l'efficacité des procédures de

Alain Vidalies sur Florange: «il y avait un plan social prévu. Aujourd’hui, il n’y en a plus»

Le par

Alain Vidalies était l'invité jeudi de la chaîne LCI. Le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement a donné des précisions quant à la position des syndicats suite au plan d'action annoncé par le gouvernement suite à l'affaire Mittal, mais a également réagi aux annonces de Cécile Duflot concernant la réquisition de bâtiments inoccupés. Florange: suivre la mise en œuvre du plan d'action Au lendemain de l'annonce par le gouvernement du plan d'action pour Florange, Alain Vidalies a expliqué la réaction des syndicats: pour le ministre, cette colère s'explique par une crise de confiance vis-à-vis de Mittal, celui-ci n'ayant pas encore tenu sa parole. Et

Les derniers contenus multimédias