François Hollande annonce la réforme du Droit des licenciements et une loi sur les reprises d’entreprises rentables

Le par

En marge de l'inauguration du nouveau bâtiment des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, François Hollande a annoncé ce lundi vouloir inscrire dans l'agenda parlementaire une loi rendant obligatoire la cession des entreprises rentables promises à la fermeture. Le rencherissement de certains licenciements En outre, le président a confirmé que suite à l'accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l'emploi du 11 janvier dernier, il respecterait son engagement de campagne n°35 en renchérissant "un certain nombre de licenciements ou pour faire en sorte que la précarité soit combattue davantage qu'elle ne l'est aujourd'hui". Ce renchérissement devrait concerner les suppressions d'emplois , et non les "licenciements boursiers", qui sont peu

Baisse des effectifs chez Renault par Juliette Méadel, Secrétaire Nationale à l’Industrie

Le par

Le groupe Renault a annoncé son intention de réduire ses effectifs de 7 500 personnes en France, dont 5700 départs en retraite d’ici 2016. Le groupe Renault a indiqué, comme le lui avait demandé le gouvernement, qu'il n'y aurait ni fermeture de site, ni plan social, ni plan de départs volontaires dans le cadre de cet accord. Avec les organisations syndicales et l’Etat, le Parti Socialiste sera attentif au respect, par Renault, de ses engagements. L'annonce du groupe Renault est, à ce stade, une proposition intervenant dans le cadre d’une négociation engagée avec les partenaires sociaux depuis plusieurs mois. Cette négociation doit aboutir à une solution protectrice des salariés et adaptée

Michel Sapin: «Renault a pris les devants pour éviter une catastrophe sociale»

Le par

Michel Sapin était l'invité de France Info ce jeudi. Le ministre du ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social a évoqué les diminutions d'effectifs chez Renault mais aussi les outils destinés à inverser la courbe du chômage et le non-cumul des mandats. Renault: des diminutions d'effectifs prévues et négociées avec les partenaires sociaux Le ministre a également expliqué la situation de Renault et des réductions d'effectifs prévues évoquant les difficultés de la situation européenne du marché de l'automobile. Par ailleurs, Michel Sapin a souligné le fait qu'il s'agisse de "diminutions d'effectifs", donc prévues suffisamment au plus tôt et négociées avec les partenaires sociaux, plutôt que de licenciements: On voit la différence

Manuel Valls sur l’augmentation des violences: «mon objectif, c’est d’agir»

Le par

Manuel Valls était l'invité de la Matinale de Canal Plus mardi 18 décembre. Le ministre de l'Intérieur s'est exprimé sur les chiffres de la délinquance révélés par le Figaro, mais aussi sur l'affaire de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) de Marseille, le terrorisme et les avancées déontologiques en matière de contrôles d'identité. Violences aux personnes: une politique en œuvre pour une lutte à moyen terme   Interrogé sur l'augmentation de 5,6% des chiffres de la délinquances révélés par Le Figaro, Manuel Valls a réagi: Au-delà des manipulations des statistiques auxquelles on a assisté depuis des années, moi j'assume, je dis la vérité aux Français: oui, il y a beaucoup de violence dans la société et

Michel Sapin sur le pacte pour la croissance, la compétitivité et l’emploi: «nous souhaitons qu’il y ait des contreparties»

Le par

Michel Sapin était l'invité vendredi matin de la chaîne LCI. Le ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social  a commenté l'évacuation du squat de Notre-Dame-des-Landes, avant d'aborder la question du chômage, des contreparties au Pacte de compétitivité et enfin celle du sauvetage de Florange. Notre-Dame-des-Landes: la loi doit être appliquée Interrogé en premier lieu sur l'évacuation des squatters de Notre-Dame-des-Landes, Michel Sapin a expliqué: Ce n’est pas une méthode musclée, c’est une méthode normale, dans un pays où les lois doivent être respectées [...] Une fois que tous les recours sont terminés, la loi, doit être appliquée. Du temps pour inverser la courbe du chômage En cette

François Hollande : déficit, croissance, emploi, «quand je fixe un objectif, c’est pour l’atteindre: nous ne renoncerons à rien»

Le par

Invité d'Europe 1, le chef de l'Etat est revenu sur son déplacement en Algérie puis sur la situation au Mali et sur le retrait des troupes en Afghanistan avant d'évoquer les questions de politique intérieure : croissance, emploi, déficit ou encore dialogue social. François Hollande s'est dit déterminé à atteindre les objectifs qu'il s'était fixé.

Manuel Valls rassurant sur le Concordat et ferme sur la Saint-Sylvestre

Le par

Le ministre de l'Intérieur était aujourd'hui à Strasbourg où il a rencontré l'archevêque Mgr Jean-Pierre Grallet et pris connaissance du dispositif de sécurité pour la Saint-Sylvestre. Lors de l'inauguration de la Grande Mosquée de Strasbourg, Manuel Valls avait alors promis à Mgr Grallet de le rencontrer plus officiellement lors d'une prochaine visite à Strasbourg. Promesse tenue. Lors de cette rencontre, il a notamment été question de la rémunération des ministres des cultes (protestant, catholique et israélite) par l'Etat en vertu du Concordat d'Alsace-Moselle. Le Conseil Constitutionnel a été saisi d'une

La séparation des activités bancaires mise en œuvre par la loi bancaire et financière permet de combattre la spéculation et de protéger les dépôts des épargnants

Le par

Séparer les activités utiles à l’économie des activités spéculatives, c’était l'engagement de François Hollande pendant la campagne présidentielle. La loi de régulation financière et bancaire présentée par Pierre Moscovici demain en Conseil des Ministres va concrétiser cet engagement. Cette loi va permettre de faire ce qu’aucun gouvernement n’avait réalisé jusqu’à présent : séparer effectivement les activités spéculatives réalisées par les banques et les activités du financement de l’économie réelle. Cette loi est fondamentale et historique. C’est un projet économique – car la finance dérégulée a été au fondement de la crise économique que nous connaissons – mais aussi et surtout, un projet politique, une réponse forte

Les derniers contenus multimédias